PicStreet

Côté Pixel // Côté Street

Double Rainbow

Combien rapporte un mème à son auteur ?

Question à laquelle je n’ai pas vu/trouvé beaucoup de réponses…

D’une manière générale je serai tenté de répondre « pas beaucoup », à moins d’avoir préparé le terrain en amont du mème, mais le succès d’un mème ne se prévoit pas. Jamais.

Dans toute la panoplie des mèmes, beaucoup ont été repris, parodiés avec plus ou moins de succès. Parfois les marques tentent d’entrer sur le terrain du lol et de la culture web afin de toucher un public bien ciblé ou pour se donner une image cool par exemple.

Un exemple de ce type que j’ai en tête est Microsoft qui a voulu surfer sur le Double Rainbow pour promouvoir Windows Live Gallery en 2010. Oui, Bouygues Telecom et les chatons c’est plus récent, mais c’est pas un mème. Les chats et chatons, ça fait juste partie de la culture web au sens large.

Double Rainbow

Là, Microsoft a fait les choses bien (j’entends « dans les règles ») en ne s’appropriant pas le mème mais en s’aidant de l’auteur du mème en personne, Paul aka « Bear » Vasquez. Le résultat est bien fait, montre l’utilité et les fonctionnalités du logiciel. Cependant, je trouve que la pub reste fade. On peut pas refaire un mème, ou le réutiliser pour une pub. C’est comme les suite et trilogies de film : le premier sera toujours le meilleur.

Si tu regardes la pub puis le Double Rainbow original vous sentez vraiment le côté forcé et pataud de la pub all the way.

On peut pas en vouloir à Paul Vasquez d’avoir fait la pub avec Microsoft, j’aurai sûrement fait pareil pour prendre un petit chèque moi aussi. On peut pas en vouloir non plus à Microsoft d’avoir tenté le coup (la vidéo approche le million de vues quand même !) car l’idée est là. Mais le résultat non. Après peut-être que si cela avait été une autre entreprise que Microsoft qui avait tenté le coup, avec un capital sympathie plus prononcé auprès du grand public des internets, peut-être que cela aurait été mieux accueilli… Cela dit, il est plutôt compliqué pour une marque high-tech de réutiliser un mème sans se casser la gueule lorsque l’on s’adresse à des gens des internets et des geeks.

 

Toujours est-il que, mis à part Paul Vasquez et son Double Rainbow, je n’ai qu’un seul autre exemple de gains liés à un mème (si tu en as d’autres je suis preneur !)

Un des mèmes les plus célèbres des internets est celui de Rick Astley et son fameux Rickroll :

 

Et bien qu’il approche les 64 millions de vues du rouquin, les plus ou moins 64 millions de Rickrolls dans le web et qu’à peu près toutes les ruses les plus fourbes ont été trouvées pour piéger les gens avec Never Gonna Give You Up, le jeune homme n’a récolté en tout et pour tout que $12 en royalties par YouTube pour sa performance (car il n’est pas le compositeur). A noter : l’info date un peu, il a touché 12$ au moment des 39 millions de vues.

Donc pour répondre à la question, il semblerait qu’un mème ça rapporte rien à son auteur : grosso modo la coquette somme de 1$ pour environ 5 300 000 vues. La rançon de la gloire.

 

Source : Wikipédia

Double RainbowMèmeNever gonna give you upRick Astleyrickroll

Pierre • 26 mai 2013


Previous Post

Next Post

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Loading Disqus Comments ...